Bienvenue, !
Votre compte  

Blog Télémédecine - Psy


  Un espace ouvert de discussion sur le thème de la télémédecine  

 Accueil

P.Hernu et Œdipe

Par Toll Antheaum, le 13 mai 2019.

  Voir les publications de cet auteur

   Ce qu’on appelle « l’Œdipe » c’est l’organisation du désir, c’est à dire la constitution du ‘moi’. Comment est-que – dans le tas d’eau et d’os qu’est en bref un corps humain, le phénomène du désir s’installe-t-il ? Pour y répondre on commence par poser que la mise-en-ligne du désir sur le web du corps humain porte le nom d’Œdipe – comme la construction de la bombe atomique porta le nom d’Opération Manhattan. Eh ! Bien, disons qu’il y a eu trois phases d’élaboration de la bombe Œdipe. L’article précédent en détaille la chronologie https://www.telemedecinepsy.fr/Article/P.Hernu-Deleuze-G;-OEdipe-Synthese . Sa structure donnée, maitenant mettons-y la chair :

   La première (défintion oedipienne) - que Freud a mis au monde comme Oppenheimer le père de la bombe - a été blâmée pour être nommément civilisatrice, culturelle, mais d’une analyse matriculante, familiale et castratrice, militaire. Or Freud, pour faire cette arme, prit l’histoire d’Œdipe pour un mythe, et n’a pas voulu croire que le personnage n’était pas légendaire, qu'il avait existé. Comme ses élèves, alors qu’il était bourré à la cocaïne, n’ont jamais estimé que son invention de l’Inconscient avait un air de cocaïnome ! Comme si quelqu’un farci à la propagande avait les idées naturelles ! Comme s'il n'y avait pas un individu à l'origine de cette légende. Et de cette farce qui demandait à croire à Œdipe comme si c'était le Père Noël, la bombe du désir fit encore des siennes lorsqu’elle est passée à la critique. Ses premier mentalistes (ceux qui traitent du désir sans corps de départ) ont été dénoncés à la seconde phase du Projet Œdipe. Mais...

   Le comble du comble fut que le deuxième Œdipe qui prétendit être, révisioniste dirons les coquins, demeura sans rien vouloir savoir du corps physique et vivant, c'est à dire de ce roi Œdipe qui avait désiré faire la lumière sur terre. Et je dis "comble du comble" parce que les auteurs, Deleuze et Guattari, de ce second Œdipe corrigé l'affublèrent du sobriquet de ‘réel’ – alors qu’il restait strictement aussi imaginaire et symbolique que l'irréel premier qui ne vivait que dans les mythes. Il est difficile d’être aussi teigneux quand on ne veut rien savoir du corps qui cause. Donc on en était toujours avec un Œdipe Père Noël, même on voulait en faire un Père Gavroche. L'affaire faillit se terminer mal et on commença à demander à la psychanalyse de retourner au salon des prières.

   Ce n’est qu’un bon moment par-après, que la preuve, grosse et évidente, que Œdipe était un acteur principal de l’histoire (Akhnaton) mondiale, qu’on a posé les pieds sur terre. Pour simplifier l’entendement, j’ai appelé la mémoire et l'identification de l'individu Jean-Baptiste ŒDIPE ( pour ne pas dire Akhnaton-Moïse ŒDIPE ) un facteur ‘x’. Ceci permet de bien visualiser la situation, en disant que les deux premiers Œdipes, A & B, ont manqué d’un f(x). Comme ça c’est simple. L'Œdipe-jupon-de-sa-mère et l'Œdipe-nike-ta-mère n'ont aucune idée de leur individu modèle, nulle mémoire, nul f(x). On peut clairement demander alors : mise à part l’émotion, qu’est-ce qui a pu faire la différence entre le premier Oedipe (dit analytique, freudien) et le second (anti-Oedipe forfaitement baptisé ‘réel’) ? Quel a été le facteur propre à les distinguer si ce n’était pas ce facteur ‘x’ qu'aucun ne connaissait. Il dut y avoir une autre démarcation ; oui, en effet, il fallut un facteur ‘z’ pour mettre le premier Oedipe au tapis et lever les bras de la libération du second. Ce f(z), ce fut l’informatique, la cybernétique.

   Au moment de Freud, en 1900, la cybernétique était encore dans l’œuf (il invente la psychanalyse quand on installe le téléphone chez lui - cybernétiquement, c'est rudimentaire). Mais à l’époque du 2em Œdipe, en 1968-72 l’invasion par les ordinateurs commence. Ce phénomène devient le facteur ‘z’. Toujours continuant à ignorer, refouler f(x), puisque l’informatique le permet, Deleuze et Guattari inventent un « Corps sans Organe » - belle opportunité pour qui soutient le désir sans corps ! Canaille comme tout, il se fendent de même l’appeler « Œdipe Réel ». Ils ont moitié raison, l'Oedipe de Freud, sans histoire, est irréel. Mais pour l'autre moitié, ils n'ont pas moins tort, leur version anti-Oedipe n'a pas de corps historique. Or comme l'Inconscient parle, avouant qu'il a un corps sans organe, il se détache, renverse et rétame le premier Œdipe en parvenant, lui le second, à sortir du cercle de la famille civilisatrice matriculante. Les militaires castrés et les mères des niqueurs ont fait leur temps. L’être humain à partir de 68-72 est prêt à quitter sa Taire sous les jupes de sa mère pour tout horizon. D’ailleurs en 74, P.K.Dick entame son délire et déclare authentique l’invasion par les machine. En 72 l’Œdipe émancipé s’est mis à jouer avec des « Machines Désirantes ».

   Tout le monde sait bien aujourd’hui, qu’avec ce seul f(z) Œdipe n’avance pas d’un pas. Son extension dans le monde n’a en rien borné l’extension de sa mère en même temps, et le militarisme, la censure et la castration, en ont profité pour s’accaparer les machines ; sa férocité et son obscénité éclatent en sous-munitions écœurantes, torture infligée à Assange comme à la vérité, décapitations et crucifixions des refus du ‘pet’ rôle comme à la liberté. Ce Gang Reine du monde qui s'est laché en même temps que le Nike-ta-mère voyait la lumière n'a finalement laissé aucune différence avec le matriculant. C’est si visible que ça rend flagrant qu'il faille que l’élargissement du monde oedipien, psychiquement et spirituellement, ne se suffise de jouir de l’univers infini de la nature [f(z)]. Le facteur cybernétique à lui seul ne change que pour semblant. Ilfaut qu'à l'élargissement premier d'Oedipe s'ajoute un même élargissement superposé : celui de la mémoire, ce f(x) encore manquant permettant de reconnaître la scène primitive physique de la civilisation oedipienne. Introduisons donc dans le compte Amarna, 1300avJC.

   On peut laisser de côté le fait de la concrétude de la drogue, du LSD, à l’origine de la révélation monothéiste. Tenons-en à Akhnaton, Oedipe en personne ; à elle seule la concrétude biologique des corps régnants d’Amarna (Akhtaton) permet l’organisation de la mémoire et satisfait à couvrir toute le domaine de l’Œdipe dans sa machine infernale. Comme une couverture apaisante, sa mémoire le repose ; ensuite cette couverture filtrera hormones et drogues salubrement. Tenons-nous en à Akhnaton et Néfertiti qui parlent ensemble de la direction des affaires. C’est à ce point que Patrice Hernu donne un précieux secours à cet éveil de l’humanité. Ce savant s’est animé en découvrant d’abord le facteur ‘x’, psychohistorique, la physicalité civilisatrice d’Akhnaton. Il s’est fendu d’une explication, comme Deleuze s’était fendu de la sienne (les ‘machines désirantes’), en rapportant la science du langage au processus qui, passant du glyphe figuratif au glyphe consonantique, s’impose une mise en code lorsque les territorialités confondent leurs langues https://www.facebook.com/notes/patrice-hernu/du-yod-%C3%A0-l%C5%93dipe-spirituel-vii-les-mots-et-les-lettres-parlent-en-secret/1928720070527989/ . Cette thèse irrépressiblement étend, produit l’expansion d’Œdipe hors de la matriarcule, puisque c’est sa définition de base (extension des territorialités écologiques). P.Hernu appelle cet Oedipe "spirituel". Mais à un indice, on y verra bien plus clair :

   Dans son entreprise, quasi freudo-lacanienne, qui repère la représentation figurative et comment elle passe l’abstraction du Aton, soit du zéro et par après l’Œdipe effectif, son meurtre-du-père, zéro zéro – de la note que zéro fois zéro n’est pas ce qu’apprend l’école. Zéro fois zéro, c’est bien pire que zéro. Même s’il va jusque là, jusqu’à la naissance de l’alphabet, PH ne touche pas encore à l’inscription de la lettre sur le corps – et même s’il y frôle au nom de la lettre sacrée des cultures en secret – il n’est pas aussi franc que Freud la lisant sur le corps, les fesses, les nénés et les biceps des viennoises. Cette inscription de la lettre – conversion – dans le corps humain, engramme de l’orgone et devient l’indice avec Freud son découvreur, de ce qui départage un Œdipe spirituel sans psychisme de celui, l’Œdipe psychohistorique déclaré comme suit :

   Nous sommes donc revenus à Freud, après son antithèse, et même sa sainte aise si spirituel il y a. On revient sur les filles hystériques..
   Freud est misérable dans sa fange. Soit. Mais Deleuze sur la sexualité est froid comme un pain congelé. Lacan, lui niait qu’il y eut de rapport sexuel - c'était un sexologue compliqué. Et par-dessus tout ça, les compagnies compagnes du Secret, les apprentis du Taire comme d'autres du Transfert, ont fait du non sexe également, tant et si bien que souvent il y a logé infâme dans des loges à la mord-moi-l’noeud – satanisme pour angélisme. Or d’avoir fait le tour on revient à la psychanalyse qui lit les lettres sur le corps ! et jusqu’à redonner la primauté au corps (je pourrai renseigner sur La Seconde Génération, la fille, après La Lettre Volée et le Scandale en Bohème) c’est dire qu'il est cette enveloppe (l'enveloppe de la lettre) de l’histoire. Pour tout Oedipe achevé il faut tenir à cet ultime extrémité première ; on peut maintenant mettre en cause l’organisation effective de la différence sexuelle.

note : on aimera bien par exemple prendre le début de ce témoignage https://www.youtube.com/watch?v=E9jwK0_eDds où Guattari explique parfaitement que le psychanalyste peut être une institution, une machine ; il annonce votemobile et la télémédecine dès l'ouverture, mais plus loin renie W.Reich et l'individu érotique. On sait qu'à cette époque rien n'était encore dit du facteur que maintenant nous appelons : f(y)